Essayez De Ne Pas Rire Lrb Arms

Petit retour sur quelques événements récents, conséquences directes de l'évolution récente de notre marché préféré...

 

Alors que nous venons de lancer notre propre forum, celui du site jeuxvideo.com voit les passions se déchainer. Pourquoi? Que faut-il voir derrière ces milliers de commentaires?

Un marché en pleine évolution. Faut-il détruire pour reconstruire ?

Fut une époque où chaque site, chaque magazine avant cela, était indépendant. Les identités étaient marquées, les communautés distinctes. Mais cela ne peut durer qu’un temps. Comme tout marché qui évolue et rencontre son public, le jeu vidéo en France a suscité l’intérêt de groupes financiers jusque-là étrangers au domaine. Est-ce forcément un mal ? Non. Est-ce surprenant ? Non plus. En 2014, 71,2% des Français jouaient à des jeux vidéo*. Soit plus de 33 millions de personnes. Nous allions forcément attirer l’attention des investisseurs !

Et si chaque site était différent, chaque investisseur l’est aussi. Depuis quelques mois, tout amateur de jeux vidéo, quel que soit son âge, son site de prédilection ou même son type de jeu a entendu parlé de la holding détenue par Fimalac : Webedia. En revanche, qui parmi vous est à même de citer le groupe derrière le site Gamekult ou le nom de la société qui qualifiait le gaming de « marché à fort potentiel » au moment de l'acquisition de jeuxvideo.fr en 2006 (sans googler messieurs, sans googler) ?

*âgés de 6 à 65 ans.

Webedia grand méchant loup. Pourquoi autant d’attention ?

Si certains groupes se font discrets (autant que faire se peut), d’autres en revanche, le sont... moins.
Rappel des évènements.

 - Juin 2014: Webedia débourse 90 millions d'euros en numéraires pour acheter jeuxvideo.com à HiMedia, premier site de jeu vidéo en France

 - Novembre 2014 : Webedia se paierait Millenium.org. Ils rejoindraient donc les bureaux du groupe en région parisienne.

 - 08 & 09 Décembre 2014: Jeuxvideo.com subit une refonte technique complète. Gestion des données, du forum, design... tout est revu. Il s’agit du projet plus connu sous le nom de code “Respawn” et initié en Aout 2013 par les modérateurs et utilisateurs du forum.

 - Janvier 2015: Jeuxvideo.com déménage d’Aurillac à Paris. Première gronde. Les équipes ne seraient pas écoutées, le déménagement se ferait dans la douleur. Benjamin Roux, délégué du personnel estime dans un entretien à rue89 que 95% des salariés souhaitent rester à Aurillac.

 - Février 2015 : L’acquisition du site Millenium.org par Webedia est finalisée. L’annonce est publique.

 - 28 Juillet 2015 : Merci Dorian, After Bit ou encore Real Myop annoncent leur décision de quitter jeuxvideo.com. Ces chroniqueurs vidéos mettent en cause le management de la société et les choix faits de promouvoir un contenu viral plutôt que de bonne qualité (selon eux.) et citent un email de la direction envoyé aux équipes la veille, soit le 27/07/2015. Son contenu ? Produisez plus et mieux ou partez.


Source: jeuxvideo.com

 - 29 Juillet 2015 : Une nouvelle rumeur est lancée. Cette fois c’est la société Mixicom qui serait en cours d’acquisition par Webedia. Pour rappel, Mixicom est la société éditant jeuxactu, filmsactu & musiquemag ainsi qu’un certain nombre de magazines papiers destinés à la grande distribution (Fnac, But, Auchan...). Mixicom s’affiche également comme producteur sur un certain nombre de chaines youtube telles que CyprienGaming, Squeezie, Norman, Cyprien/Monsieur Dream et filmsactu soit “4 des 5 chaines françaises les plus puissantes en France”.


Source: Profil Linkedin d'Olivier Boyer - Sales Director for Mixicom

Que leur est-il reproché ? Certes ce sont des acquéreurs actifs sur le marché français. Mais cela seul ne justifie pas le déchainement de commentaires négatifs que nous avons pu lire sur le net dernièrement. Que leur est-il reproché réellement ?

Plusieurs choses, à plusieurs niveaux:

Par les équipes

Webedia est une « grosse machine ». Peut-être (il semblerait) du genre à imposer sa façon de faire plutôt que de s’adapter aux sociétés qu’elle achète. Cela-dit, l’inverse serait également compliqué, compte-tenu du volume de ses acquisitions. Mais c’est un autre débat !
Elle s’est donc vue critiquée par ses nouveaux salariés pour :

1/ Une refonte, parfois violente, de la ligne éditoriale des sites. Ex : Jeuxvideo.com

2/ Une incitation (voire plus) à la création de contenu en quantité plutôt qu’en qualité. C’est le fameux putaclic.

3/ Un manque d’écoute de ses salariés.

Notons que ces critiques sont monnaie courante en cas de reprise de société ou tout autre changement de direction, généralement suivie d’une levée de boucliers « c’était mieux avant ».

Par les internautes

1/ De niveler la qualité par le bas et de museler les passionnés pour qui ils suivent le site


Source: Jeuxvideo.com

2/ Certains choix techniques, comme le Respawn (voir plus haut)


Source: Jeuxvideo.com

3/ De truster l'ensemble du marché en France


Source: Jeuxvideo.com

Alors est-ce vraiment si grave de vouloir faire évoluer le modèle d’une société ? Car si jeuxvideo.com pour ne citer que lui est un site communautaire c’est avant tout une société. Pas forcément. Ce qui l’est, c’est d’imposer dans la douleur à des équipes qui ont toujours fait le travail qui leur était demandé de s’adapter, sans préavis ni aide, à une nouvelle demande. Or cette demande n’est pas une évolution mais une révolution, engendrée uniquement par des facteurs financiers.

Comme nous le disions, jeuxvideo.com a été vendu 90 millions d’euros en 2014, soit l’équivalent de la valorisation boursière du groupe entier auquel il appartenait alors : HiMedia. Or nous le savons, l’audience du site était déjà en baisse à cette époque et n’a fait que diminuer. De là à penser que le site était surévalué, il n’y a qu’un pas.

Les consignes actuelles ne sont que la résultante de ces acquisitions effectuées dans une bulle hors de toute réalité. Une fois l’acquisition faite, tout ne tourne plus qu’autour d’une seule question : comment être rentable/ dégager du profit ?

Webedia a trouvé sa réponse : faire plus de volume, faire du clic, quitte à ce que cela se fasse au prix d’un renouveau complet des équipes. Qu’en sera-t-il après l’acquisition de Mixicom ? Seul l’avenir nous le dira mais les internautes sont déjà inquiets.
D’autres acteurs du marché ont fait, quant à eux, des choix différents. Gamekult par exemple a développé une offre premium, faisant le pari que ses visiteurs seraient prêts à payer pour lire ses articles. M6Digital de son côté, a fusionné deux de ses sites, fermant jeuxvideo.fr.

Les Top 15, avenir du web gaming ?

Si la forme a été largement critiquée dans le management de Webedia dernièrement, y compris par le fondateur historique de jvcom, le fond soulève également quelques questions.

Les internautes ont été nombreux à défendre les chroniqueurs ou journalistes qui ont pris la décision dans les derniers jours (ou avant cela) de ne pas satisfaire au règne de la médiocrité et du volume. Mais où étaient-ils avant que la situation dégénère à ce point ? Entendez par cela : comment se fait-il que les statistiques prouvent que nous sommes consommateurs de contenu « putaclic » quand nous nous érigeons contre la production d’un tel contenu dès que l’occasion nous en est donnée ?
Ce débat a démarré il y a bien longtemps et continuera bien après cet article. Depuis des années, nous, consommateurs, critiquons le nivèlement par le bas de l’offre qui nous est faite dans le domaine des loisirs : télé-réalité, starification de personnalités sans intérêt, suppression des programmes de qualité... et pourtant, si les maisons de production en sont rendues à développer ce marché plutôt que celui de la qualité-avant-tout, c’est bien que la demande est là.

N’est-il donc pas temps de dire ce que nous pensons et de faire ce que nous disons ?

Qu’en est-il pour Eclypsia ?

Nous avons tenté de rester le plus neutre possible dans cet article, même si certains y verront une critique aisée de nos concurrents. Sachez que ce n’est pas le cas.
Nous respectons le travail de l’ensemble des personnes qui travaillent chez ou pour Jeuxvideo.com, Millenium, Gamekult etc. La concurrence est indispensable pour évoluer. Ou pour citer F. Bastiat : « Détruire la concurrence, c’est tuer l’intelligence ».

Eh. - Una nina? - повторил Беккер.  - Pelo rojo, azul, y bianco.

0 thoughts on “Essayez De Ne Pas Rire Lrb Arms”

    -->

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *